Release !

Les Cartes de Sakura se sont échappés, ça vous dit une petite capture dans diverses dimensions ?! Rejoignez nous !
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Chambre d'Ikizumi

Aller en bas 
AuteurMessage
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Chambre d'Ikizumi   Ven 12 Sep - 23:31

Noir ... Que du noir, mais ça s'éclaircit petit à petit. Ça y est, Ikizumi voit enfin quelque chose, mais en flou. Elle était allongée dans un lit, recouverte de couverture, dans une chambre grande mais vide. En fasse du lit, il y avait une porte, et deux fenêtre, sur chaque cotés du lit. Un meuble avec des longs tiroirs est contre le mur à sa droite, mais elle voyait toujours flou, cela se voit sur ses yeux, elle avait les paupières plissaient et des énormes cernes sous les yeux. Combien de temps avait elle dormis ? Elle était pâle, elle tremblait, et pourtant elle ne ressentait aucune douleur, et même pas un frisson.

Tout d'un coup elle entendait des cris, dans le couloir. Ikizumi regarda vers la porte, elle n'afficha aucune inquiétude, ni peur sur son visage, plutôt de la neutralité. Elle essaya de bouger, pour se levait et allait voir dans le couloir, mais elle n'arrivait même pas à bouger son petit doigts ! Qu'est-ce qui lui arrivait. Elle avait beau forcer de toutes ses forces rien ne se passe. Ses jambes ? Rien non plus, elle ne pouvait que voir. Elle réessaya en forçant, même son visage ne montre aucune impression de force. Elle ouvrit la bouche pour appeler de l'aide, mais la referma d'un coup. Un coup d'air glacé entra dans sa gorge et lui brula très fort le coup. Malgré cette douleur elle ouvrit de nouveau la bouche et dit :

_"...


Sa gorge se compressa empêchant tous sons de sortir! Qu'est-ce qui lui arrivait ? Étais ce enfin l'antidote qui faisait effet ? ? ? Peut être c'est surement ça. Elle essaya de ses tourner, mais n'y arrivait pas. Elle forçait tellement qu'elle était à présent en sueur, et elle s'écroula d'un coup par terre. Mais maintenant elle ne bougeait plus, comment elle allait faire ? La douleur de la gorge puis l'impatiente de l'espoir de bouger et enfin le coup par terre....

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Sam 8 Nov - 15:03

Kurogané venait de rentrer avec son groupe d'une mission qui avait pas mal épuisée les membres dudit groupe. Sauf lui, ou du moins très peu. Ce qui avait surtout fatigué le ninja était son "compagnon" nommé Fye... Les surnoms débiles qu'il devait sans cesse supporter de la part du blond le rendait sur les nerfs, plus qu'il ne l'est déjà naturellement, et lui donnait des envies de sortir Dragon d'Argent. Mais malheureusement il devait s'en contenir, car tuer un membre du groupe ne serait pas tant accepté des autres et Kurogané préférait éviter ce genre d'ennuis. Déjà que relationnellement la situation était pas des meilleures...

Le ninja réprima un soupir et monta les escaliers menant à l'étage de l'hôtel où il pensait y trouver sa chambre. Il n'y avait personne d'autre à part lui dans les couloirs, sans doute car l'antidote devait clôitrer Shaolan et les autres au lit. Mais cela n'était pas un fait dérangeant pour le noireau aux yeux rouges, il préférait le silence de la solitude au vacarme de la sociabilité. Soudain Kurogané s'arrêta net et un bruit étouffé retint son attention. Ledit bruit était à peine audible et provenait d'une chambre, dont la porte était entrouverte. Doucement le jeune Kurogané y entra, la main à son épée, méfiant. En pénétrant dans la pièce la première chose qu'il vit fut sa partneaire, Ikizumi, à terre. Des gouttes de sueur glissaient le long de son visage fin et ses pupilles se dilataient un peu. De petits sons sortaient de sa bouche mais Kurogané ne comprit rien de ce qu'elle essayait de dire, la jeune fille ne pouvant joindre le geste à la parole. Elle devait sans doute être paralysée sous l'effet violent de l'antidote.
Kurogané baissa sa garde et s'accroupit à sa hauteur, lui mettant une main sur son front. Il était incroyablement bouillant. Mauvais signe, mais le ninja resta là, sans bouger, observant chaque symptome dont souffrait Ikizumi. Il mit sa main derrière sa nuque et la força à se relever pour être en position assise.

-Ikizumi, ikizumi ! ça va ?

La réponse était manifestement non vu son état bien que la jeune fille ne répondit rien. Cela semblait évident.
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Dim 9 Nov - 22:19

La jeune fille, ne pouvant toujours pas parler, et toujours pas bouger, regarda simplement Kurogané. Ses lèvre sèches bougeaient, mais aucun son n'en sortait. Les gouttes se sueur sur son visage, se faisaient à présent beaucoup. Et maintenant en plus d'être paralysée, Ikizumi tremblait et frissonnait, comme si elle était morte de froid, ce qui n'était pas du tout le cas. Un violent tournis l'empara, et sa tête retomba lourdement sur le sol. Elle avait mal, cela se voyait à la grimace qu'elle faisait.
Puis Kurogané dit quelque chose, qu'Ikizumi ne comprit pas très bien sur le coup, les paroles du ninjas résonnaient dans sa tête au bout d'un long silence. Ikizumi se rappela de la seule chose qui pourrait l'aider. Elle rassembla toute ses forces, et se redressa en s'appuyant sur son bras. La seule chose qu'elle put ensuite faire, fut de tendre son bras vers un table dans un coin de la chambre, où était posé sa valise de médecine.
Ses tremblement cessèrent soudain, le regard d'Ikizumi se pétrifia sur Kurogané, sa main retomba sur ses genoux, ses forces avaient cessé, elle ne pouvait absolument plus bougeait. Izu sentit quelque chose lui montait dans la gorge, elle tourna au moins la tête, et toussa lourdement et sèchement, du sang s'échappa de sa bouche et vint s'étalait sur le sol. Une larmes se mélangea à la sueur d'Ikizumi et ses tremblements, son tournis reprirent.
Elle ferma les yeux, et bascula sa tête en avant, espérant de tout son cœur que Kurogané est comprit son signe, car elle ne le ferai pas deux fois.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Dim 9 Nov - 23:37

La jeune fille semblait être à l'article de la mort et cela commençait à inquiéter le jeune homme. Comment pourrait-il aider sa partenaire si elle avait déjà pris l'antidote. Cette réaction n'était pas des plus normales et laisser Kurogané perplexe. Soudain Ikizumi dans un dernier effort lui indiqua sa trousse de médecine. Le ninja comprit tout de suite. La main d'Ikizumi retomba, molle et inerte après que la jeune demoiselle ait craché de son sang.
Kurogané se leva et prit la trousse avec grande rapidité et l'ouvrit violemment. La médecine n'était pas sa branche favorite ni celle où il était le plus fort mais il devrait normalement y avoir un médicament pouvant sauver la jeune fille.
Alors le ninja s'arma d'une patience qu'il ne pensait jamais avoir eu et commença à lire au moins les tous petits caractères des notices d'emballage et constata qu'il n'avait pas pris le bon médicament. Merde, il devait encore chercher. Il tomba sur une fiole contenant du liquide qui se révélera être le contre-antidote. Bien il l'avait trouvé. Il ouvrit le flacon et entrouvrit les lèvres sèches d'Ikizumi pour mettre la lotion dans sa bouche. Il ne savait pas si les effets seront instantanés ou longs, mais il savait qu'elle ne pouvait pas rester au sol. Alors il la souleva sans peine de ses bras et la posa doucement sur son lit et lui mit ses couvertures. Ensuite il prit une chaise traînant au passage et s'assit dessus, surveillant Ikizumi. Il ne pouvait pas la laisser comme ça ni partir, il fallait qu'il la surveille pour voir si le médicament opérer bien ou s'il fallait rajouter une dose.
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: it   Dim 16 Nov - 22:49

Ikizumi se laissa portait par l'antidote et par les bras de Kurogané.
Les couvertures la réchauffèrent très vite, et les yeux de la petite
princesse ne tardèrent pas à se fermaient. Son tournis mit quand même
assez longtemps pour s'éteindre alors que sa fièvre elle, tomba tout de
suite. Ses bras allongés le long de son corps, avaient cessés de leur
tremblement. Le visage pâle d'Ikizumi, s'amaigrissait de plus en plus
chaque jours. Et malgré toutes les heures où la jeune fille dormait on
voyait des cernes sous ses doux yeux fermaient. On entendait un simple souffle s'échappait de ses lèvres entre ouverte. Un souffle très léger, qui sentait bon, un mélange de roses et de géranium. Mais une ligne de sang s'échappait aussi de sa bouche, dégoulinant sur son menton et descendant jusque dans son cou.

Tout d'un coup, le visage d'Ikizumi prit un air contrarié, ou triste, ses sourcils se froncèrent et elle gémit légèrement.


[Flash/back]
Une petite fille en robe rose courrait dans le noir. Des bruits de pas la suivaient. La petite s'arrêta totalement essoufflait, mais des cris aigus se firent entendre, et la gamine se redressa, crispait, elle recommença à courir le plus vite qu'elle put. Il faisait tellement noir, on aurait dit qu'elle courait dans le néant. La petite fille trébucha, elle se releva et se prit quelque chose de dur. C'était un mur. Elle passa sa main dessus, et longea le mur, elle atteint une poignée et la tourna. Une porte grinça, et une lumière éclaira la jeune fille. Elle avait un fin visage pâle, une franche en triangle recouvrait son front, elle avait de grands yeux marron. Et les parties de son corps que sa robe ne recouvrait pas, étaient remplit de cicatrices, de bleus, de sang ou de coupure.
Elle pénétra dans la nouvelle pièce, la bouche en "oh", les yeux grand ouvert plein d'intriguation. Un lit au drap blanc était en plein milieu de la pièce, il n'y avait personne dans la pièce, les mur étaient tous blanc. Aux côtés du lit se trouvait une table de nuit, avec une lampe dessus, c'était ça qui éclaira la pièce. Il n'y avait rien d'autres dedans.
La petite fille s'approcha du lit et posa une main sur le matelas. Il était assez mout, il était parfait, elle était fatigué et elle s'allongea. Elle ferma les yeux, et plus tard, lorsqu'elle les rouvrit ... Elle se redressa et elle hurla, un cri aigus, perçant, un cri atroce. Elle hurla de tout ses forces, parce que ce qui étaient sous ses yeux valait la peine qu'elle cri si fort. Il y avait du sang partout sous les mur et sur le lit, et par terre aussi. Et des corps, remplissaient la pièce, étaler les un sur les autres, tout autour de la
petite fille. Au milieu de ces corps se trouvait celui de ... celui de sa tante et de son amie d'enfance ... La petite fille hurlait toujours des larmes roulaient sur ses joues...
Cette petite fille ... C'est Ikizumi, et ce rêve, ce sont ses souvenirs ...

[/Flash back]

La jeune fille allongeait dans son lit, commença à remuait et ouvrit la bouche en hurlant. Un cri perçant, le cri cessa. Elle cessa aussi de remuait ... Le sang qui s'écoulait de sa bouche, coulait à présent des deux côtés, et il augmentait. Son cou et l'oreiller étaient trempés, trempés de sang ...

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Lun 17 Nov - 14:02

Alors que la jeune fille paraissait des plus calmes et que Kurogané n'allait pas tarder à sortir de la chambre, un cri aigü et violent lui donna des frissons dans tout l'entier de son corps et de sa chair. Ce genre de cri, il le connaissait mieux que quiconque, un cri d'horreur mêlée à de l'effroi suivi par la rancune. D'un geste vif le puissant ninja se retourna et observa Ikizumi, semblant immerger d'un monde qu'elle a connu ou n'aimerait jamais connaître. le sang qui dégoulinait de la bouche de la jeune fille coula des deux côtés inondant l'oreiller et le cou de sa partenaire. Mais bizarrement le cri n'eut pas de longues prolongations, il s'arrêta assez soudainement et Kurogané profita de ce silence pour tenter de communiquer avec elle.

-Ikizumi, qu'est-ce qu'il y a ? Qu'est-ce qui t'arrive ?

Il s'approcha un peu plus de la jeune fille et repassa sa main derrière le cou rougi de sa coéquipière pour lui soulever un peu la tête et la forcer à le regarder. Kurogané peinait à savoir si les yeux d'Ikizumi pouvaient percevoir quelque chose dans la pièce ou s'ils étaient encore dans ce qui semblait être un endroit cauchemardesque responsable du cri perçant. Mais la jeune fille ne donna pas de réponse ni de suivi à son cri, alors le ninja tenta de la faire sortir de son monde par d'autre moyen.

-Ikizumi, ho ! C'est moi !

Kurogané gifla la jeune fille de quelques tapettes sur ses joues en espérant qu'un léger choc pourrait la faire revenir à elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Sam 6 Déc - 1:50

Ce sont les larmes d'Ikizumi qui lui firent ouvrir les yeux. Et ce sont les petites gifles de Kurogané qui la ramenèrent à la raison. Elle se redressa d'un bon, en courbant le dos, et en plongeant son visage dans ses mains, encore sous le choc émotionnelle, des images de son rêves, dites souvenirs, qui défilaient encore dans sa tête. Elle redressa la tête fixant le mur en face d'elle. Ignorant royalement Kurogané, plongeait dans ses souvenirs sanglant. Un silence tomba. Ikizumi fixait toujours le mur blanc de la pièce. Comme dans son rêve... Une petite voix douce et sensible déchira ce lord silence :

_" Merci mille fois, pout tout à l'heure et veuillez m'excusez, pardonnez moi Monsieur Kurogané de vous dérangez avec ma santé et mes crises ...

Elle se tut de nouveau pour laissait le temps à Kurogané de se remettre de l'intriguation qu'il devait portait. Puis, elle reprit :

_"... Vous connaissez, ces rêves, ces cauchemars, rectifierais je ... Que l'on fait, ces cauchemars remplit de nos souvenirs les plus horribles ... Nos souvenirs sanglant, où nous sommes impuissant devant ces scènes qui se déroulent sous nos yeux ...

Ikizumi s'arrêta là aussi. Et elle reprit, la voix mélancolique mais direct :

_" Nos souvenirs, qui nous ont tellement perturbés pendant des années, que l'ont essaye d'oublier, en vain ... Ces souvenirs, qui, finalement, c'est eux que l'ont se souvient le plus, tellement ils nous ont gâcher la moitié de notre vie...

Elle se stoppa et regarda Kurogané, le regard triste, comme si elle allait de nouveau tombait en larmes.

_" ... Je suis sûre que vous voyez de quoi je parle ...

Elle regarda Kurogané, attendant un geste ou une réaction. Bizarrement, son regard devint neutre et patient. Peut être avait elle blessé le ninja, mais elle n'avait pas l'air de s'en souciait.

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Lun 8 Déc - 0:20

Les paroles de la jeune fille clouèrent sur place le ninja sanguinaire. Oui, il savait pertinemment de quoi voulait parler Ikizumi, apparemment elle aussi rescapée d'une tragédie. Il ne savait pas tant quoi ajouter aux mots de cette âme manifestement aussi torturée que lui, mais la curiosité le rongeait un peu. Habituellement il n'en avait rien à faire des soucis privés de ces congênères, mais là la réaction d'Ikizumi lui faisait penser que peut-être une fatalité les liait d'une drôle de manière. Et cela n'était encore jamais arrivé dans la vie de Kurogané. Jamais il n'aurait pensé qu'un être humain puisse garder une douleur aussi profonde d'un événement passé, puisse ressentir un peu de la colère et de la haine qu'il éprouvait, puisse le comprendre. Il ne savait encore rien de la source des cauchemars de la jeune demoiselle mais il était assez évident qu'il ne s'agissait rien de tellement joyeux. Il voulait connaître un peu plus du passé d'ikizumi, désormais qu'il avait pris goût à ce qu quelqu'un puisse avoir autant souffert que lui.

-Ikizumi... Que s'est-il passé ce jour-là ?

La voix du ninja avait un peu changé, elle n'était plus aussi grave et sèche, elle paraissait un peu plus adoucie, mais elle gardait une certaine fermeté. les yeux rouges du ninja flambaient de curiosité mais il demeurait toujours sa petite lueur froide dans les yeux du jeune homme.
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Mer 10 Déc - 23:46

Ikizumi se crispa, lorsque le ninja posa cette question. Elle craignait qu'il l'a pose de toute manière. Elle en avait peut être un peu trop dit, normal que Kurogané soit curieux. Mais elle pourrait très bien renvoyait la question plus tard. Et après tout, elle n'en avait jamais parlé à personne, peut être que se confiait au ninja la détendrait un peu. C'est dur de supporter toute seule un si lourd passé, de si lourds souvenirs ...
Elle baissa la tête en restant muette et coupa se silence d'une voix hésitante et mélancolique:


_" Et bien ... Je commence de début ? Oui, je suis bête ... Je m’en souviens comme si c’était hier, mais ça ne s'est pas passé en un jour ... J'habitais dans un village entre deux montagnes, dans une vallée. Mon Père était un homme bien, c'était le roi de ce village, de ce pays toute minuscule. On pouvait en faire le tour en un jour. Donc le mot "pays" ne conviendrait peut être pas, mais nous n'appartenions à aucune autre état, alors pour nous, nous étions un pays. Nous vivions en harmonie, et normalement, chacun avait son petit travail. Des agriculteurs, des marchands, des domestiques, personnes n'avait pas de travail, les enfants allaient à l'école, même moi et ma soeur en tant que princesses uniques du roi nous y allions. Ma mère s'occupait avec les domestiques, c'était ses amies, ma famille et mois n'étions pas des gens supérieurs à notre peuple. Nous étions tous égaux. Notre richesse était les mines. Où nous y trouvions de l'or et des diamants. Mon père en offrait au plus pauvres. En haut d'une des montagnes se trouvait un autre village plus grands. Nous ne nous en préoccupait pas, il nous fichait la paix et nous de même. Mais mon Père craignait qu'un ils réclament de notre or ou diamants. Ils étaient des Ishbäls, pas nos ennemis, pas nos alliés. Il n'y avait pas de guerre dans nos régions. Jusqu'au jour, où, effectivement ils en réclamèrent. Soit mon père accepté et il y aurait une guerre pour qu'ils aient tout l'or, ou il refusait et ils feraient quand même une guerre pour l'avoir. Mon Père refusa, pendant plusieurs années il se méfiait d'eux, par peur qu'ils nous envahissent du jour au lendemain. Trois ans s'écoulèrent, sans qu'il ne se passe quoi que se soit. Mon Père relâcha peu à peu sa garde et un beau jour ils attaquèrent. Bien sur nous n'avions aucune armes, mis à part nos outils de culture. Eux étaient bien armés, et ...

Ikizumi s'arrêta un moment en reniflant lourdement.

_" ... Nous étions entrain de dîner lorsque ça à commencer, une domestique est entrée en hurlant qu'il fallait fuir. Ma mère était une femme qui pensait d'abord à ses enfants, puis à son mari, à son peuple, et enfin à elle. Elle laissa passer mon Père puis moi et ma soeur, je n'étais qu'âgée de six ans. Nous avons traversé le couloir en courant, ma petite soeur a trébuché derrière moi, et a bloqué le passage de ma mère, ils nous suivaient à la trace, une autre domestique est arrivée en tendant l'arc de mon père, il est passé derrière ma mère et a tiré. Ma Mère aidait ma soeur à ce relevait. Quelques bon mètres les séparaient à moi, j'étais pétrifiée en voyant mon Père tirait sur le ennemis. Ma Mère m'a dit de fuir. Le mur a explosé, et je suis tombé en arrière, je n'arrivais plus à distinguer mes parents. Alors j'ai courut, jusqu'à sortir du palais. Là j’ai été pétrifié en voyant, les maisons brûlées, et du sang s’écoulait sous les portes des maisons. J’entendais des cris prévenir de la maison, alors mon premier reflex a été de courir jusqu’à la maison de ma meilleure amie. Lilas, c’est comme ça qu’elle s’appelait, quand je suis rentrée elle était recroquevillée dans un coin les yeux rivés derrière mon dos. Je me suis approchais d’elle et j’ai posé ma main sur son épaule. Elle a pointé son doigt derrière moi, et, lorsque je me suis retournée j’ai vu les deux corps sans vies de ses parents. Son père avait une hache plantée dans le dos, et sa mère avait la tête coupée. Ça a été la première fois que j’ai vu des morts... J’ai faillis vomir mais je me suis retenue devant Lilas. Je l’ai prise par le bras et on s’est levées. Je courais en la tirant, mais ses jambes étaient lourdes, elle traînait des pieds et elle se débattait. Elle ne voulait pas quitter les corps de ses parents. J’avais beau lui dire qu’il fallait qu’on aille chercher son cousin, elle refusait d’avancer. Entre les chemins des maisons, je la poussais me retournais pour la tirais. Mais à chaque efforts on ne faisait que quelques pas, et je me suis vite épuisé. Je me suis adossée contre le mur d’une maison en reprenant mon souffle. Et, Lilas était en face de moi, elle me regardait avec de gros yeux, comme pour me demandait ce qui m’arrivé. J’ai fermé les yeux pour reprendre plus rapidement mon souffle et garder mon sang froid. Et ... Lorsque je les ai rouverts ... Lilas avait ... Avait une faux qui lui avait transperçais le torse ...

Ikizumi s’arrêta, une larme coula de ses yeux, et elle baissa la tête. Elle renifla légèrement et relava la tête :

_ ‘’ J’avais tourné les talons, et je m’enfuyais les larmes aux yeux de la maison, prête a allé voir mon cousin, pour être à ses côtés, et peut être que lui n’était pas déjà mort. Je me dirigeais en courant vers les petits chemins étroits entre les maisons, quand je me suis rappelais que celui qui avait tué Lilas venait d’ici. En sachant amplement le danger que je courais, je suis allée quand la grande allée. Il y avait un ranger de soldats, plusieurs armés de lances, quelques un mais peu de faux et de hache et un, d’un fusil. Comme une idiote, j’ai courus tout droite vers les bois. Et un coup de fusil à retentit. Je me rappelle exactement ce que j’avais ressentit à ce moment. Un grand frisson d’inquiétude. Et très vite, j’ai sentit quelque chose s’enfonçait dans mon épaule. Au début je ne ressentais rien, je tombais juste très lentement en avant. Et je me suis écrasée par terre, ma robe était mouillée. En y prétend vraiment attention, je m’aperçois aujourd‘hui que c’était mon sang. Mes yeux se sont fermés tout seuls ... Je ne rappelle pas ce qui s’est passé entre temps, je sais, que je me suis réveillais dans les bois. J’ai cru, au début que ce n’avait été qu’un mauvais rêve. Mais en me redressant, en gémissant, par la douleur de mon épaule, et en voyant le sang sur ma robe, je suis tout de suite revenue à la raison. Je me suis tournée vers le village, j’étais très bonne en orientation ...

Elle étrangla un petit rire gracieux et direct. Mais elle reprit vite son air triste, quelques perles salées s’échappèrent des yeux noisette d’Izu.


_ ‘’Et ... et ... quand je sis arrivée au village ... J’ai les pires choses, faits par des démons ... Les têtes des villageois étaient accrochées sur les lances des Ishbäls ... Et au milieu de tous ces cadavres, il y avait ma mère ... Je me suis approchée, et, son corps baignait dans son propre sang ... Il manquait son tête. Et ... Quelque chose à frôlait mon visage, quelque chose, qui avait été lancer très fort, car la chose frôla à une vitesse hallucinante mon visage. La chose roula par terre ... Et ... Deux yeux rouge, effrayés, me fixait, des yeux familiers ... C’était le visage de ma mère ... Pétrifier, je n’osais même pas me retournais, j’avais mal à l’épaule, je pleurais, je voulais fermé les yeux et rouvrir pour apparaître dans mon lit douillet. J’entendais des pas derrière moi. Et quelque chose de lourd tomba à mes côtés. Je regardais devant moi, je n’osais regarder ce que c’était. Avalant avec hésitation ma salive ... J’ai jetais un petit regard indiscret, à cette chose à mes côtés. J’ai hurlais en me retournant en courant pour m’éloignais maladroitement. Je me retournais, les membres tremblants : c’était le corps de mon père. Je sentais qu’il n’était pas mort. Ses nerfs le faisaient bouger, et, il gémissait. Il était bien amoché, même en très mauvais état ... Il lui manquait un membre, il avait des écorchures un peu partout. Il avait dû se faire torturer. Je m’approchais après avoir repris ma respiration ... Et il m’a dit de fuir...le plus lopin possible ... Et puis de nouveau j’ai sentit une lame me transperçait le dos ... Et je me suis évanouis. Je me suis réveillais dans les des Ishbäls. Entourais de squelettes, ça puait le mort et le moisi. C’était horrible. J’ai dû rester plusieurs jour enfermé là dedans, sans boire, n manger. Jusqu’au jour où on me fit sortir. En restant dans les sous sols bien sur, j’ai été torturer moi aussi... Je te passe les détails sinon je vais vomir... Mais je peux te montrer ...

Ikizumi tourna le dos à Kurogané. Elle posa son menton sur son épaule et baissa la fermeture de sa robe. Le tissu se replia dévoila des dizaines de cicatrices profondes et longues sur son dos.


_’’ La plupart son faites par la hache, la faux où leurs couteaux rouillés ... Un jour un des gardes m’avait laissé une chance de fuir. Je l’avais saisis et je m’étais enfuis dans les sous sols sombres du manoir ou château aucune idée je ne l’ai jamais sût. Je n’y voyais rien ... et ... je me prenais tout le temps des murs ou trébuchais, à un moment je me suis pris une porte et je l’ai ouverte. Je savais que j’étais poursuivi donc je n’ai pas traîné. La pièce était si claire que ça m’a aveuglais un moment. Elle était entièrement blanche, aucune traces, mur blanc, sol blanc, on ne voyait pas le plafond on apercevait seulement un petit trou en haut. Il y avait un lit sur une plate forme et une table de nuit, avec une lampe de chevet c’est ce qui éclairer la pièce. Elle referma la fermeture de sa robe et se tourna de nouveau face à Kuroagné.. Je me suis allongée sur le lit, après l’avoir bien examiner, il était doux, mœlleux, tout ce qu’il fallait et épuisée, je m’y suis endormie. Quand ... quand ... je me suis réveillais ... Il y avait ...

Elle s’arrêta un moment en mordant son index. Ses larmes coulaient à présent abondement.


_ ‘’... Il y avait des cadavres partout autour de moi! Des ... une trentaine de cadavres qui m’encerclaient ... Tombant du trou du plafond ... Les un après les autres ... Il ... il y avait du sang partout sur les murs, et sur le lit il y en avait aussi, qui me recouvraient les jambes ... Je ... J’avais pu percevoir parmi tous ces corps sans vies ... Celui ... Celui de ma tante ... de Lilas ... De mes parents et du cousin de Lilas ... Et la voisine de mon oncle ... Tous de mon village étaient là ... je ...

Ikizumi plongea ses yeux dans ses mains, ses membres tremblaient, ses épaules sautillaient ...

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Mer 17 Déc - 22:06

Aux paroles de la jeune fille Kurogané sentit un frisson parcourir l'entier de son corps. Il eut aussi l'impression que son sang s'était tout simplement figé lorsque l'innocente demoiselle racontait avec précision l'horreur dans laquelle ses proches étaient morts. Quand cette dernière ouvrit un petit peu sa robe afin de laisser apparaître ses multiples cicatrices, le coeur du ninja loupa un battement. Une envie de déglutir lui vint mais il la repoussa. Il ne pouvait se permettre le moindre élancé de faiblesse avec quiconque. Mais... mais... ce qu'avait vécu Ikizumi lui faisait revenir en lui plein de souvenirs et dans beaucoup d'entre eux il y voyait des similitudes et des correspondances avec ce que narrait sa coéquipière. Son père avait perdu un membre, avait-elle dit... lui tout ce qu'il avait vu de son père était justement son bras, tenant la fière lame...

Un toussotement échappa de la bouche du ninja qui se reprit vite et se concentra uniquement sur la jeune fille dont les yeux noisettes brillaient de douleur. Une peine atroce se lisait dans ses pupilles et il se demandait comment elle pouvait encore éprouver un moindre sentiment humain après toutes les choses qu'elle avait dûes endurer, tout ce qu'elle avait dû subir... comment pouvait-elle affronter tous les jours la disparition des siens et pourtant être encore capable de sourire, et de s'ouvrir ne serait-ce qu'un peu aux autres. Il ne la comprenait pas. Pourquoi, dans un élan de désespoir après ce drame, n'avait-elle pas saisi une quelconque arme et se serait battue jusqu'à la fin... pourquoi n'avait-elle pas essayer de tous les tuer pour ce qu'ils avaient oser faire, comment pouvait-elle encore pressentir une once d'envie d'exister encore dans ce monde alors que sa justice n'avait pas été accomplie...

Toutes ces questions perturbaient énormément Kurogané qui se contentait de les garder dans sa tête et d'observer la jeune fille en train de pleurer. il réprima une envie de lui faire un geste chaleureux et cela le surprit spontanément. Durant une fraction de seconde il faillit céder à son caractère impulsif et prendre Ikizumi dans ses bras comme pour lui donner du réconfort. Mais il s'en abstint. Pourquoi ? Il n'en savait rien... sa nature ne le pédisposait pas à de tels élans d'amitié et de fraternité, mais son regard n'avait plus rien de froid ou d'indifférent, au contraire. Il semblait porter un jugement humain sur la tragique histoire de celle qu'il considérait un peu comme " sa soeur de peine", sans vraiment le remarquer.

Il aimerait bien lui dire que lui aussi avait vécu à peu près les mêmes choses, lui raconter comment ses parents étaient morts... mais son tempérament réservé l'en empêcha. Il fallait qu'on le pousse vraiment pour qu'il ose dire ce qu'il avait sur le coeur. Et là il ressentait aucunément cette envie, mais désirait plutôt en savoir plus sur le passé de la jeune fille.

-Après que tu aies vu les corps de Lyla et les autres... que s'est-il passé Ikizumi ?
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Jeu 18 Déc - 22:35

Après plusieurs minutes. Ikizumi cessa de pleurer. Elle redressa la tête, inspira profondément et reprit :

_" Et bien, en m'entendant crier ils sont revenus.... Et il m'ont ramené dans mon cachot ... Ils ont aussi tuer sous mes yeux l'homme qui avait signer son contrat de mort en tentant désespérément à m'aider à m'enfuir. Et les années on passées, toujours en me torturant, chaque jours, les pires horreurs qu'on ne ferait un animal. Me jetant sur des table où des clou, dont la pointe était vers le haut y étaient déposés. Me laissant cramais au milieu de flammes pendant plusieurs heures... Et puis un jour, une dame est venue me rendre visite. J'avais peur d'elle bien sur, j'étais recroquevillée dans un coin, la peau sur les os, assoiffé, sale ... Et à travers les barreau elle a fait glisser quelque chose. Intriguer, mais immobile. Elle a ouvert la grille, et est rentrée. Elle a déposé un plateau à ses pieds, elle a reculé puis fermé la grille et ensuite dans la pénombre. Je me suis approchée du plateau, c'était un festin, un grande carafe d'eau, de la viande, des pommes de terres, une assiette de salade, des gâteau, du raisin, des pommes, des poires ... Je me suis affalé dessus, ne mâchant rien, engloutissant tout ce qui glisser entre mes doigts. Je me suis approchée ensuite de ce qu'elle avait fait tomber à travers la grille. C'était une fleur, une fleur de cerisier. Ça a l'air idiot, mais, c'était la seule chose qui me donner contact avec l'extérieur. Elle sentait bon, elle était douce ... La dame venait me voir chaque semaine, m'apportant chaque fois différent plats, et différentes fleurs, me disant leur prénoms. Et un jour elle est entrée et m'a bandé les yeux d'un ruban noir. Quand elle me les a débandé, j'étais dans une grande clairière, où il y avait des rangées de cerisiers, des champs de coquelicot et de jonquille. C'était merveilleux. Sur le coup, je me suis caché les yeux, a cause de la lumière, ça faisait tellement longtemps ... Ça a été un moment magique, et la première fois que j'ai souris après être sortit de ce trou. Cette était un médecin très compétant, qui utiliser la magie pour des cas vraiment important. Elle s'appelait Camille. Elle m'a emmener hors de ce village dont mes souvenirs les plus horribles ragé mes pensées. Elle 'ma nourrit et rééducer comme il le fallait. Il m'a fallut plusieurs années pour reprendre un poids normal, pour pouvoir parler couramment, pour pouvoir sortir dans la rue en toute sérénité et pour pouvoir de nouveau sourire, il m'a fallut de fois plus de temps. Elle m'a appris pleins de langues, et la médecine. A créé mes propres potion et a faire des opérations importantes. Grâce à sa magie, elle a enlevé la moitié de mes blessure physique, en revanche les blessures du cœur ne s'efface pas, même par la magie, il n'y a que le temps pour ça, et encore ... Camille est la seule qui m'avoir apprit ma maladie. Et elle n'a jamais trouvé de remède. Puis un jour elle m'a dit "J'ouvre la cage au petit oiseau, tu es libre à présent alors envole toi.". Je ne voulais pas la quitter, mais elle m'a envoyer dans une autre dimension, et je vous ai rencontré. Je vous ai suivit. Et à présent je suis là, à vos côtés Monsieur Kurogané.


Elle regarda le Ninja, et pencha la tête d'un côté. Elle haissait posé cette question aux gens, mais après s'être autant dévoilé, il fallait que cela soit réciproque. Elle n'aimait pas demandé le passé des gens, par peur de les blesser, elle savait que le passé de quelqu'un était intime, personnel, et qu'une fois posé, la question ne pouvait pas être changée. Surtout qu'elle ne savait pas du tout s'y prendre pour réconforter quelqu'un. Surtout un homme. Elle détestait aussi qu'un homme la touche, ça depuis cette époque de torture, c'était une vilaine phobie qui la hantée. On peut la touché sur le bras ou qu'importe, mais des geste séduisant ou intime...
Bref, elle finit par dire, l'air tendue et génée :


_" Et ... Et vous, que cachez vous derrière votre caractère si dur ... Je sais que ce regard, cette haine et violence qu'il montre, ce n'est pas arrivé d'un claquement de doigts ...

Elle le regarda hésitante, mais d'un air curieux.

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Ven 19 Déc - 14:28

Kurogané avait pensé qu'après le premier discours tortueux de la jeune fille tout allait s'arrêter, mais il se trompait. Ikizumi avoua qu'elle dut encore bien plus souffrir et renchérit de précisions quant à l'atrocité des peines qu'elle avait dûes endurer.
Comment pouvait-elle ne pas céder à l'émotion et pleurer de toutes ses larmes... la réponse fut claire au ninja, elle avait déjà versé tout ce qu'elle avait de liquide lors de la disparition de ceux qu'elle aimait, et là elle venait de pleurer les quelques résidus lui restant.

Après avoir terminé son histoire d'une rare violence, elle bascula sa tête sur le côté et regarda Kurogané. Elle semblait très gênée. Apparemment elle voulait poser une question des plus délicates au ninja.

_" Et ... Et vous, que cachez vous derrière votre caractère si dur ... Je sais que ce regard, cette haine et violence qu'il montre, ce n'est pas arrivé d'un claquement de doigts ...

Un silence froid s'installa soudainement dans la chambre, comme si un blizzard venait de passait et laissait derrière lui son air glacial implacable. Le regard de Kurogané redevint dur et il se posa sur la jeune fille. Il voulut lui répliquer : ça te regarde ?! Mais la jeune fille avait tout dit sur son passé et avait répondu à sa question. Il était assez juste qu'il y fasse de même-bien qu'il appréhendait beaucoup cette idée-. Et elle, elle semblait en mesure de comprendre son histoire, contrairement à beaucoup.

Un soupir s'échappa de la bouche du ninja et il ferma les yeux un moment.Tous ces souvenirs revenaient en lui soudainement.




Ses yeux rouges se rouvrirent brusquement pour qu'ils se portent sur la jeune fille, l'air curieuse et le regard intrigué.

-Oui... cette haine a bien une origine...

Le son de sa voix demeurait grave, mais elle le paraissait bien plus que d'habitude.

-Mais... es-tu sûre de bien vouloir connaître ce que j'ai à te dire ? Car, après, il ne me sera que plus dur de t'accorder ma confiance, car tu détiendras une clé, celle de mon passé, que seule une personne avait réussi à obtenir...

Kurogané disait cela en espérant que cela dissuade sa coéquipière de confirmer sa question, pour ne pas avoir à raconter ce qu'il avait vécu. Mais il savait que c'était très peu probable qu'Ikizumi renonce à savoir son passé.
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Ven 19 Déc - 21:36

Ikizumi baissa la tête, elle n'aimait pas affronter le regard dure de Kurogané. Elle avala bruyamment sa salive et répondit la voie tremblante :

_" ... Si, cela vous dérange, ma curiosité s'éteindra ... Je comprend tout à fait, que vous ne voulez pas partager vos souvenirs avec moi ...


Elle resta tête baissée, sans bouger par peur de faire ou dire quelque chose d'encore plus gênant. Elle n'aurait jamais dû poser cette stupide question, elle savait les risques et tout était arrivé à la lettre prêt. Elle releva quand même la tête après les dernières paroles de Kurogané, elle garda ses yeux plongeaient dans le regard sombre de Kurogané. A vrai dire, Kurogané n'avait pas du tout confiance en elle, alors moins que pas du tout ... Ne le lâcha pas du regard elle finit par dire :

_" Et bien ... Une fois que tu m'aura dis ton passé, je te promet de ne jamais en parler à qui que se soit. Et j'aimerais que ce soit pareil pour le mien, que tu n'en parle pas. Mais tu peux compter sur moi, j'ai assez souffert pour aller raconter à d'autres personnes, la douleur passé de quelqu'un...


Elle baissa de nouveau finalement la tête :

_" ... Arrêtez de me regarder comme ça, ne vous sentez pas obliger, je ne veux surtout pas vous forcez... Ne dites rien si vous voulez ...

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Dim 21 Déc - 17:50

Kurogané baissa le regard un moment en signe de réponse, en signe d'accord au fait de raconter son passé. Le silence resta un moment encore dans la pièce avant que le jeune ninja ne relève la tête et fixe un point qu'Ikizumi ne pouvait voir dans la chambre.

-Ca s'est passé en une seule nuit... Mon village paisible et tranquille a basculé au cauchemard en à peine quelques minutes...




Kurogané prit une petite pause. Il devait se donner un peu de courage avant de continuer son récit alors il déglutit et soupira.

-Mon père est venu vers moi, armé alors que je me trouvais au sanctuaire, avec ma mère. Son orgueil avait disparu de son visage, mais il semblait malgré lui sûr de réussir à repousser les ennemis... Notre village se faisait assaillir par des êtres maléfiques, des dragons avec qui on combattait sans cesse. J'étais assez jeune à cette époque, je ne pense pas que j'avais tant conscience de ce qui était en train de se passer, plus loin du sanctuaire. Les attaques des dragons n'étaient pas rares, alors j'étais en droit de penser que cela ne durait pas longtemps... que cela ne ferait que peu de blessés...

Mon père m'avait assigné la tâche de protéger ma mère, pendant qu'elle récitait ses prières. Je devais surveiller la porte et ne laisser aucunes créatures entrer.
Je n'y ai pas failli... j'ai veillé devant l'entrée jusqu'à ce que j'entende un bruit...


Kurogané se revoyait tout jeune, ouvrant la porte, ses pupilles grandes ouvertes, ne voulant vraiment croire à ce qu'il voyait sous ses yeux, devant lui...

-Je suis donc entrer dans la pièce où ma mère priait... Son corps gisait par terre, elle avait une énorme ouverture sur le ventre, comme si une lame grandement aiguisée et de taille impressionnante avait pénétré sa chaire... Le sang s'écoulait de l'ouverture mais elle vivait encore... Une brèche noire se refermait juste derrière elle...

Le ninja ne souhaitait pas approfondir le fait qu'il ait tenu la main à sa mère ni même que cette dernière lui ait parlé. Il préférait accélérait cette séquence car chaque mot prononcé était un fardeau pressant son coeur.

-Un dragon m'est apparu juste après, il avait démoli le bâtiment dans lequel elle priait... Il ouvrit grand sa gueule et une épée tomba... le bras de quelqu'un la tenait encore, le membre était de pierre. Car ces monstres-là ne crachaient pas du feu... ils transformaient les êtres vivants en bloc froid de pierre...

Kurogané se rappelait comment il était à ce moment. Lorsqu'il avait reconnu de quelle épée et il s'agissait et à qui elle appartenait, il avait constaté à quel point son univers était en train de basculer... il avait réalisé que son enfance venait de s'arrêter et que désormais les choses ne seraient plus jamais comme avant pour lui...

-L'épée s'est plantée au sol. Elle appartenait à mon père et c'était son bras qui s'est brisé en mille morceaux au contac avec le sol... Je ne me souviens plus tellement des détails à partir de ce moment-là, mais je sais ce que j'ai ressenti et ce que j'ai fait.

Les yeux du jeune homme s'aggrandirent et ses traits prononcés s'assombrirent. Il se souvenait parfaitement dans quel état d'âme il se trouvait après avoir accepté la dure réalité que ses parents n'étaient plus...

-J'ai saisi Dragon d'Argent et je me suis élancé sur tout ce qui vivait encore... tous... tous ont ressenti ma colère, tous ont crevé pour ce que j'avais dû subir ! Il y avait des villageois parmis mes victimes... je ne les ai même pas remarqué comme faisant partie de mon village, je devais tous les éliminer... et c'est ce que j'ai fait. Ma lame n'était plus grise comme l'Argent, non elle était rouge... rouge du sang de tous ceux que je croisais...

J'ignore si j'en ai vraiment tué beaucoup, mais ma colère ne s'est atténuée que lorsqu'une fille est apparue... C'était la princesse Tomoyo qui m'a dit que ma mère ne faisait que de dormir....


Spoiler:
 

Kurogané entendait ses cris de désespoir ainsi que ses pleurs après la terrible et funeste nouvelle. Désormais ils paraissaient loin à des milliers d'années lumières...

-la princesse m'a nommé chevalier après cela... et voici pourquoi j'aide Shaolan dans sa quête...

Un silence parcourut à nouveau la chambre et il semblait que plusieurs souvenirs voguaient dans l'esprit du ninja.

-Ikizumi... pourquoi tu ne les as pas tous tué... tous ces... enculés qui t'ont enlevés tes êtres les plus proches ?
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Lun 22 Déc - 1:08

Lorsque Kurogané débutta, Ikizumi eut un frisson, elle s'imaginait déjà la suite. Lorsqu'il évoca qu'il entra dans le sanctuaire et en voyant sa mère allongé au milieu de son sang, Izu ferma les yeux et une larme roula sur sa joue. Mais lorsqu'il dit que sous le choc de la mort de ses parents que le Kurogané enfant avait tuer tous les êtres sur son chemin, Ikizumi posa ses doigts sur ses tempes et baissa la tête. Ils avaient tout deux vécus les même choses la mort sous les yeux, le sang, la souffrance et un être qui arrivepour vous aidez a recommencer une nouvelle vit. Elle vait comprit, que Kurogané était allé si vite pour une seule raison, il avait gobé tant de détails car, narré son passé le faisait souffrir. Malgré toutes les question qu'elle se posait, elle n'en posa aucune, par peur de le faire souffrir encore plus. Plongeait dans ses pensée, dans toutes les questions qui l'a submergeaient a cause du manque de détail.

_" Ikizumi ... Pourquoi tu ne les as pas tués ... tous ces ... enculés qui t'ont enlevés tes êtres les plus proches ?

Elle se redressa choquée par les mots qu'avait employé Kurogané. Elle tourna la tête vers la fenêtre sous le dur regard du ninja. Elle avait tellement honte, elle regrettait tellement. Elle n'avait pas envie de répondre à cette question. C'était tellement logique pour elle ! Elle était triste, elle regrettait, elle était honteuse ... Un lourd silence presque gênant tomba, elle finit par lâchait d'un ton mélancolique :

_" Parce ... Parce que je n'ai jamais et je n'aurais jamais la force pour... les tuer ... Pour moi, j'étais déjà faite ....Les miracles n'existaient plus, et ... On m'aurait mit une arme dans la main je m'en serais servis contre moi que contre eux ... Je me serais blesser ou tuer mais tu n'aurais jamais oser, eu le courage pour les toucher avec. A présent je n'étais qu'un simple jouet avec quoi on pouvait faire ce qu'on voulait.

Elle baissa la tête. Heureusement que sa frange cachait ses yeux tremblant, ses yeux humide qui n'allaient pas tarder à tout lâcher ... Elle avait tellement honte, qu'elle n'osait affronté le regard de Kurogané :

_" Je n'avais ... Pas assez de force comme vous ! J'ai tellement honte ! Je me laissais faire sans riposter, sans me défendre ou même me débattre! Je hurlais simplement ma douleur ...

Elle se mit à sangloter toujours tête baissait:

_" ... Aujourd'hui je me rend compte qu'ils m'ont garder vivante si longtemps simplement pour calmer leur envie, leur plaisir ou leur rage, ils les calmaient sur moi, je n'était qu'un simple objet où l'on se débattait dessus ! Ils ... Ils m'ont violer et torturer ! J'avais peur d'eux ... J'étais faible ... Kurogané ... Je ... si vous saviez toutes les choses qu'ils m'ont faites ... à ... à dix ans, ils me ...

Finalement elle plongea son visage dans ses mains, sans finir sa phrase, son corps tremblait énormément, et ses larmes dégoulinaient entre ses doigts, tachant les draps défaient.

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Lun 22 Déc - 11:51

Ikizumi ne fut pas obligée de finir sa phrase pour que le brun sache ce qu'avaient fait ces violeurs... Cela avait dû être horrible pour la jeune fille et surtout traumatisant... mais Kurogané ne comprenait pas comment elle avait pu se laisser maltraiter de la sorte sans agir... mais une once de pitié s'immergea dans l'âme noire du ninja. Finalement il pouvait un peu s'imaginer que l'horreur dans laquelle est soudainement plongée une jeune fille jusqu'alors innoncente pouvait la rendre vulnérable et laxiste à toute violence. Peut-être voulait-elle simplement qu'au bout d'un certain temps, une de ses personnes la tue afin qu'elle n'ait plus à souffrir... ou bien pensait-elle mériter tous ces supplices car elle se sentait responsable de la mort de sa famille....

Kurogané n'en savait rien mais poser la question serait une douleur qui n'était pas à rajouter. Alors, maladroitement, il tenta de réconforter la jeune demoiselle par ces mots.

-Tu sais Ikizumi, le passé est perdu et fait... on ne peut rien y changer... il faut voir l'avenir, c'est tout... Tout le mal que tu as subi est gravé sur une pierre peu solide... tu n'as qu'à prendre les bonnes armes et la détruire... par contre tu es en train de construire un mur grand et impénétrable avec des briques robustes... représentant ton avenir... Efface ce qui doit l'être...

Le ninja ne voyait pas les yeux d'ikizumi car ils étaient cachés sous une lisse frange, mais il pouvait deviner que cette dernière devait se remémorer les pires atrocités et ses paroles ne faisaient peut-être que de l'enfoncer davantage. Alors avec un effort énorme pour surmonter sa réserve et sa grande maladresse avec les autres, Kurogané s'avança vers la jeune fille et posa son index sous le délicat menton humidifié de larmes de sa coéquipière. Il la força à lever un peu la tête afin qu'elle le voit puis, soudainement et assez rapidement, la prit dans ses bras, la serrant contre son torse.

-Construit ton avenir avec les vestiges du passé, aussi laides soient-elles Ikizumi...

Les minutes passèrent et Kurogané était dans une sorte d'état second. Il ne voyait ni comprenait ce qui se déroulait dans la chambre mais avait l'impression de flotter quelque part, loin de son village en sang et loin de la peine.
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Lun 22 Déc - 14:03

La jeune fille, pleurait toujours et malgré les paroles du ninja elle ne cessa pas. Ne sachant que répondre ou que faire, Ikizumi ne bougea pas. Puis Kurogané prit délicatement son menton. Celle ci se laissa faire tout en tremblant. Elle avala sa salive et ferma les yeux. Lorsqu'il la prit finalement dans ses bras, Ikizumi se détendit, et rouvrit ses deux yeux couleur noisette0. Elle posa ses mains contre le torse de Kurogané, elle cessa légèrement de pleurer, du moins quelques larmes roulaient encore sur ses joues mais silencieusement. Elle aurait aimé que ce moment dure des heures. Ce moment où elle se sentait à l'abri dans les bras du ninja, en sécurité, où elle était mise à part de tous ses souvenirs. Comme si le ninja la protégeait de tous ce qu'elle venait de raconter. C'était agréable, et Kurogané portait une douce odeur. Ikizumi ferma les yeux, elle était ailleurs, mais toujours dans ses bras. La jeune fille, frotta ses joues contre le torse du jeune homme pour séchait ses larmes, elle avait véritablement cesser de pleurer à présent. Profitant un maximum du moment, respirant calmement l'odeur agréable de Kurogané, Ikizumi n'osait pas parler ou bouger, par peur de tout gâcher. Elle savait très bien que le moment allait cessait mais, pour le moment elle profitait...
Au bout d'un moment, sans bouger Ikizumi, murmura d'une voie douce et rassurée:


_" ... Merci, Monsieur Kurogané ...


_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Mer 24 Déc - 1:14

Aux remerciements de la jeune fille Kurogané ne répondit rien de verbal, il exprima juste un léger sourire qui pesait de longues phrases. Tous les deux restaient au milieu de la pièce, silencieux, enlacés l'un contre l'autre, un silence bien plus chaleureux que le précédent gouvernant la chambre. Cette position détendue et calme détendait le ninja et semblait réconforter Ikizumi.

Cette dernière respirait calmement et profondément, comme pour en profiter un maximum. Les minutes passèrent et ce moment qu'ils vivaient tous les deux paraissaient s'éterniser, jusqu'à ce que le brun se rende compte de ce qu'il venait de faire. Son teint mat passa de légèrement foncé à rougi, peu à peu. Mais il n'osait faire marche arrière. Ce serait vexer Ikizumi et qui plus est il détestait ne pas poursuivre ce qu'il entreprenait. Cela le frustrait énormèment car il trouvait cela digne des lâches et de ceux qui n'assumaient rien, et après tout, il était un ninja. Et donc se devait de continuer ce qu'il commençait.

Alors il décida d'à nouveau poser son doigt sous le menton d'Ikizumi qui n'était plus humide de larmes pour qu'elle le regarde dans les yeux. Ses pupilles marrons semblaient exprimer un soulagement qu'il n'aurait pas cru possible en voyant sa coéquipière pleurer.

-Ikizumi...

Les paroles manquèrent à Kurogané. Il aurait souhaité dire plein de choses à ce moment-là mais malheureusement sa trop grande réserve et maladresse comportementale l'en empêchait grandement.

Alors il n'avait d'autres moyens que d'exprimer ce qu'il ressentait verbalement par des actes.
Sans tellement réfléchir, d'un mouvement furtif digne d'un ninja de son rang, sa bouche rencontra celle de la jeune fille. Sa main qui se trouvait dans le dos de cette dernière vint se perdre dans la chevelure magnifique de la jeune demoiselle.
Peut-être que les choses étaient un peu beaucoup brusques mais la douceur avait pas beaucoup de place dans le caractère dur du ninja qui venait juste de répondre à son instinct. Il espérait juste qu'Ikizumi ne voit pas cet acte comme ceux que faisaient ces bourreaux, lorsqu'on la maltraitait.
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Lun 29 Déc - 1:03

Blottit contre le torse du ninja, la jeune fille redressa la tête quand le ninja murmura son nom, toujours les paupières closent elle répondit par un simple :

_" Hmm ..?

Kurogané posa son doigts sous le menton de celle-ci, et attira sa mâchoire vers lui, Ikizumi se laissa portait par le geste et l'élan. Mais lorsque les deux paires de lèvres se touchèrent, les paupières d'Izu se levèrent de surprise. Elle ne s'y attendait, qu'un tout petit peu, même pas ... Ses pupilles tremblantes explorèrent le visage de Kurogané. Finalement, c'était son premier : vrai baiser. On sentait vraiment ... Que ce n'était pas un faux. Ces anciens embrassades qu'elle avait reçut n'était que pure idioties, on sentait l'envie des ces barbares de passer "à la suite". Les paupières d'Ikizumi se refermèrent sur les deux noisettes qui se baladaient en tremblant de droite à gauche.
Tombant dans le piège Ikizumi oublia ses angoisses et se concentra pour ne pas oublier de respirer. La main d'Izu collait contre le torse du ninja glissa le long du ventre de celui-ci, traversant ses côtés et remontant dans le dos de Kurogané pour s'y arrêter sur l'une de ses omoplates.

Puis la bouche du ninja s'attarda sur celle d'Ikizumi. Elle recula son visage, et resta quelques secondes les yeux clos. Lorsqu'elle les rouvrirent, Kurogané l'observait. Sans rien dire, la main de la jeune, sur l'épaule du jeune homme, de détacha de la chemise de celui ci et vint se poser dans le coup de celui ci, deux doigts longeant sa mâchoire. Elle rapprocha de nouveau son visage et ses lèvres douces et légères vinrent délicatement déposé un baiser sur les lèvres du ninja. Elle essaya de donné un baiser plus doux que le présent, mais sans re tenir sa passion, bien sur sans dépassé la frontière du" premier baiser". Les fins doigts de la jeune princesse dans le dos du brun s'accrochèrent à la chemise du ninjas, un peu violemment, du moins pour elle. La jeune fille, venait de passer une étapes. Deux étapes, elle venait de se confier, mais aussi de signer à demi la fin de ses phobies contre les rapports avec les hommes dont elle avait peur après s'être fait violée...

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Lun 29 Déc - 1:51

Kurogané ne s'était attendu, au mieux, qu'à un simple répondant à son baiser de la part d'Ikizumi. Mais cette dernière fit encore mieux que répondre, elle prit l'initiative, ce à quoi ne s'était absolument pas préparé le brun aux yeux rouges.
Lorsque la main chaude d'Ikizumi vint se positionner sur son cou Kurogané fut surpris. Mais cette surprise n'était rien comparée au moment où la jeune fille posa délicatement ses lèvres sur celle du ninja. Ses pupilles s'aggrandirent et son souffle en fut coupé. La main agile de sa coéquipière se promena un moment sur le corps et Kurogané sentit ses ongles s'aggripaient à sa chemise .

Une soudaine montée d'adrénaline fit battre à double vitesse le coeur du brun. Si bien qu'il avait l'impression que sa jolie partenaire pouvait entendre ses battements.
kurogané ne savait pas bien comment gérer ces pulsions et encore mois comment les contrôler. Il avait un peu peur de cette nouvelle expérience mais son courage de combattant reprit le dessus.
Sa main droit vint caresser la joue tendre d'Ikizumi pendant que la gauche partait à la découverte du corps de la jeune fille. Elle partit depuis la jambe de cette dernière, faisant des caresses circulaires. Puis elle monta un peu plus haut pour venir tâter les anches de la demoiselle. Enfin elle finit sa course dans le dos, le caressant avec tendresse mais insistance. Les caresses étaient plus circulaires mais elles englobaient l'entier des omoplates et du bas du dos d'Ikizumi.

Kurogané avait les yeux fermés, profitant énomément de la passion que mettait Ikizumi dans son baiser. Il rapprocha son bassin de celui de son amoureuse et décida de poser sa main droite sur le sacrum de la demoiselle. Ses yeux se rouvrirent doucement et il décida de rompre gentimment le baiser torrantiel qu'ils venaient de vivre. Ses yeux rougeoyants se posèrent sur ceux noisettes de sa conquête et une sorte d'envie se lisait en eux. Alors, très gentimment, Kurogané se saisit des épaules de sa coéquière et la fit coucher sur le lit, l'embrassant dans le cou avec amour, ses mains toujours sur les épaules de la fille aux yeux noisettes.
Revenir en haut Aller en bas
Ikizumi

avatar

Nombre de messages : 172
Date d'inscription : 19/01/2008

Feuille de personnage
Plumes:: 0
Kudan:
Gains & Points: 0 & 35

MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Ven 2 Jan - 19:41

Elle sentit effectivement le pouls de Kurogané, grâce à sa main posait dans le cou de celui-ci, les lèvres de la jeune fille s’élargirent, ses pommettes formant deux petites boules sous ses yeux, créant ainsi un petit sourire amusé. Quoique son cœur battant tout aussi vite, Ikizumi crut qu’il allait bondir de sa poitrine.

Kurogané passa sa main sur la jambe de la jeune fille jusqu'à ses hanches, et puis dans son dos. La main froide du ninja la fit frissonnait. Il posa ensuite sa main sur son sacrum et rompu ce baiser si intense. Les cils d'Ikizumi battaient sur ses deux pupilles qui étaient plongés dans le regard du ninja. Lorsque le jeune brun déposa des baisers dans son cou, Ikizumi élargit son cou, inspira profondément, sa poitrine gonfla et son dos se courba. Il allongea la jeune fille et sa respiration s'accéléra, elle ouvrit brusquement les yeux, fixant le plafond, anxieuse mais gênée : toujours. Elle aurait préféré déplacer quand même ce moment pour plus tard, mais de peur de vexer le ninja et de retenir son envie, elle ne le fit pas. S’il y a bien une chose qu’elle détestait c’était de repousser les gens. Et de toute façon maintenant ou plus tard, elle ne serai jamais prête.

Elle dégagea d’une main tremblante ses doigts de la chemise du jeune homme et la déposa sur le torse de celui-ci. Hésitante ses doigts passèrent entre les boutons du vêtement et elle tira vers elle, les boutons se détachèrent dévoilant ainsi une partie du torse de Kurogané. Mais assez pour qu’elle puisse d’une main câliner la peau glacée du ninja. Sa respiration devint plus forte et plus rapide. Ikizumi déposa ses lèvres entre ouverte sur l’épaule nue de son amoureux. Pendant quelques secondes, elle resta ses lèvres collait, son souffle chaud frôlant la peau froide de Kurogané. Le contraste entre la peau fraiche et ses lèvres tièdes, fit frissonnait la jeune fille. Ses lèvres se rapprochèrent; toujours contre l’épaule du brun jusqu’à ce qu’elle se touchent créant ainsi le murmure du ‘’smack’’ de son baiser.

Elle partie explorer le torse du ninja, toujours autant tendue, en effleurant du bout de ses doigts sa peau, jouant de doigts en doigts entre la poitrine de son amoureux. Sa main, naviguant entre les abdos du ninja, longeant ses côtes, tournant autour de son nombril, remontant sur son oblique pour allait câliner sa poitrine.
Le souffle chaud de la jeune fille vint jusqu'au coup de Kurogané, son autre main dans le coup du ninja, elle, passa dans sa nuque, caressant ses cheveux noir.

_________________
"Ça commence par du sang ..."
"Ça finit par des corps sans vies ..."
"Entre, il y a votre propre vie qui dépend ..."
"C'est dur de se dire, que l'on a pas sût les protéger ..."
"C'est dur de continuer son chemin sans se retourner ..."
"De se demander: Pourquoi eux et pas moi ..?"
"Même avec une excuse, on ne peut se pardonner ..."
"Mais je le dis: pardon, je regrette tellement ..."


Dernière édition par Ikizumi le Sam 17 Jan - 0:29, édité 2 fois (Raison : J'ai trop honte, j'ai pas pus me retenir, mais j'ai fais pour que tu puisse ne rien changer sur ton propre poste)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   Mer 7 Jan - 16:52

Kurogané aimait sentir la main de son amoureuse voguer sur sa peau ainsi que de sentir son souffle chaud frôler son cou comme un voile tiède le survolant. la position dans laquelle ils se trouvaient tous les deux demeuraient confortables pour Kurogané et espérait qu'il en était de même pour sa partenaire. Il voulait tant pouvoir exclamer son amour et faire ce qui lui passait par la tête mais c'était une expérience jamais essayée avec quiconque auparavant et il ne savait comment réagirait Ikizumi à son approche. mais jusqu'à là elle avait répondu et semblait juste gênée mais pas réticente. Alors il décida de continuer ses douces careses tout en profitant de celles reçues.

Son poul augmenta encore plus mais il remarqua que cela était réciproque. Il tripla encore plus d'allure à l'entente du "smack" qui était dû aux douces lèvres d'Ikizumi rencontrant les siennes. Ses sens se troublèrent mais son plaisir augmentait au rythme de ses pulsations et sa main accentua son tempo. Tandis que les mains très douées de la jeune fille étaient sur sa nuque et dans ses cheveux, celles de Kurogané revisitaient à nouveau les jambes couleur craie d'Ikizumi, savourant cjaque parcelle de chair et profitant de toute la douceur que dégageait la jeune demoiselle.

Ses yeux auparavant fermés s'étaient ouverts en sentant la main bouillante de sa partenaire venir décrocher un bout de son vêtement. Une envie d'enlever la jolie petite chemise d'Ikizumi lui vint mais il n'en fit rien. il ne voulait pas brûler des étapes et froisser son amoureuse, il préférait plutôt laisser le temps faire les choses.
Alors il resta encore un moment ses lèvres collées contre celles d'Ikizumi et décida de les décoller pour pouvoir admirer pleinement sa conquête.

Il avait déjà remarqué que sa conquête possédait des yeux emplis de bonté ainsi qu'un charme qui attirait son attention depuis déjà un moment mais jamais il ne se serait imaginé que cela était aussi fort. Pendant qu'il se remémorait sa première rencontre avec elle une soudaine impression lui vint... il avait toujours été un être partiellement asocial du au fait de son enfance et très froid voire même parfois vulgaire et antipathique. Mais jamais il n'avait eu autant envie de donner ou de partager, c'était la première fois... était-ce cela l'amour ? Pouvait-il donc changer une personne grâce à une autre ?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Chambre d'Ikizumi   

Revenir en haut Aller en bas
 
Chambre d'Ikizumi
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Chandernagor, Françoise] La chambre
» Votre chambre à vous !
» La série des Rouletabille : Le Mystère de la chambre jaune, Le Parfum de la dame en noir...& cie
» Zette range sa chambre,
» Bannière pour ma chambre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Release ! :: Reste :: Tsubasa to be continued-
Sauter vers: